•  

    Bon lundi

     

     

    Le regard d'une femme

    il renferme tant de beauté
    Comme des petits bouts d’été
    L’envie de le regarder
    Comment un coucher de soleil
    Qui vient briller à l’éveil
    De leur regard aux premières
    Lumières d’un éclat du jour
    Comme la naissance de l’amour

    Leur regard c'est une toile
    Où se dessinent tant de charme
    Chaque bleu d'une île se peint
    Dans leurs yeux clairs ou bruns
    Pluie aux sourires étincelants
    Leurs regards sont simplement
    Le seul miroir dans lequel
    On aimerait se voir éternel

    Le regard d'une femme c'est
    Une autre face du monde dès
    Qu’elle nous regarde sincèrement
    Même les trésors les plus brillants
    N’égalent le regard d'une femme
    C’est comme ces petites flammes
    De leurs rires que l'on aime avoir
    Lorsque sombrent nos âmes

    Le regard 'une femme
    C’est comme une flamme
    Dans laquelle on aime 
    Se voir à jamais exister
    Le regard d'une femme
    C’est le miroir des âmes
    C’est la plus belle plage
    Et nous un grain de sable


    Mathurin

     

     


  • Bon lundi

     

    Au maître d'un jardin

     

    De ce chaume heureux possesseur,
    De bon cœur, hélas ! que j'envie
    Tes travaux, ta philosophie,
    Ta solitude et ton bonheur !

    Pour prix des soins que tu leur donnes,
    Tes arbustes reconnaissants
    Et des printemps et des automnes
    Te prodiguent les doux présents.

    Ô trop heureux qui peut connaître
    La jouissance de cueillir
    Le fruit que ses soins font mûrir,
    La fleur que ses soins ont fait naître !

    Toujours la terre envers nos bras
    S'est acquittée avec usure.
    Qui veut s'éloigner des ingrats
    Se rapproche de la nature.

    Ne craindre et ne désirer rien,
    Etre aimé de l'objet qu'on aime,
    C'est bien là le bonheur suprême ;
    C'est le sort des dieux, c'est le tien.

     

    Antoine-Vincent Arnault.


  • Bon lundi

     

    L'oeillet


    L’œillet grenat et l’oeillet mauve
    Dans la chambre des jours heureux
    De leur parfum font une alcôve
    Pour mon amour dont l’œil est bleu.

    L’œillet grenat et l’oeillet rose
    À l’heure où le baiser se prend
    Parfument la main que je pose
    Sur mon amour dont l’œil est grand.

    Si de mon amour l’œil est triste
    L’œillet mauve et l’œillet grenat
    En leur parfum qui tant insiste

    Raniment l’heure qui sonna
    Et le geste qui vient se rendre
    À mon amour dont l’œil est tendre.



    (Louise de Vilmorin, L’alphabet des aveux, 1954)


  • Bon lundi

     

    Beauté des femmes…


    Beauté des femmes, leur faiblesse, et ces mains pâles
    Qui font souvent le bien et peuvent tout le mal,
    Et ces yeux, où plus rien ne reste d’animal
    Que juste assez pour dire : « assez » aux fureurs mâles !

    Et toujours, maternelle endormeuse des râles,
    Même quand elle ment, cette voix ! Matinal
    Appel, ou chant bien doux à vêpre, ou frais signal,
    Ou beau sanglot qui va mourir au pli des châles !…

    Hommes durs ! Vie atroce et laide d’ici-bas !
    Ah ! que du moins, loin des baisers et des combats,
    Quelque chose demeure un peu sur la montagne,

    Quelque chose du cœur enfantin et subtil,
    Bonté, respect ! Car, qu’est-ce qui nous accompagne,
    Et vraiment, quand la mort viendra, que reste-t-il ?

     

     

    Paul Verlaine, Sagesse (1881)


  • Bon lundi

     

    Sainte-Judith, voit pinson au nid.

     
    Qui n'a pas semé à la Sainte-Croix, au lieu d'un grain en mettra trois.
     

    Pluie de la Croix, disette de noix.


    Le temps de Sainte-Judith, va durer jusqu'au dix-huit.


    À la Sainte-Judith, beau temps se précipite.





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique