• Bonne semaine

     

    Déclinaison de bleus :

    où je vais à la dérive,

    prête à chavirer

    dans le bleu indigo,

    le bleu de la mer,

    le bleu fragile, infini des sphères

    le regard plongé, noyé,

    dans le bleu sans fin ni fond

    de tes yeux.

     

    Et je rêve : les robes en coton bleu,

    dentelles, tabliers,

    fillettes aux fins cheveux,

    qui jouent à la marelle

    avec leurs rubans de soie bleue,

    sautant, rires éclatants,

    tout en haut, vers le ciel

    d'asphalte bleu.

     

    Et je vois comme hier

    le bleu des encriers,

    le bois des pupitres blessés,

    gravés au couteaux,

    imbibés d'encre bleue,

    les ardoises bleues,

    les doigts tachés de bleu ;

    le froid qui givre les vitres

    des matins bleus.

     

    Les genoux pleins de bleus;

    les bleus au coeur,

    le sang bleu qui fait saillir nos veines,

    le beau, l'effroyable bleu

    de nos peurs sidérantes :

    nos peurs bleues.

     

    Le bleu qui m'attire,

    aimant bleuissant,

    profond, sans fond,

    où mon regard se perd

    en camaïeux de bleu. 

     

     

    http://www.forum-metaphysique.com/t7830-poemes-sur-la-couleur-bleue

     

     


    24 commentaires
  •  

    Tu aimes ? Le code est "ici" 


    36 commentaires
  •  

    Tu aimes ? le code est "ici" 


    40 commentaires
  •  

    Tu aimes ? Le code est "ici"


    51 commentaires
  • Lumières d'automne

    LUMIÈRE D'AUTOMNE

     

    L'été fatigué rayonne

    Aux couleurs d'automne

    Quand la fraîcheur entonne

    Sa fin qui résonne

     

     

    Les frêles feuilles frissonnent

    Quand l'orage tonne

    Dans le vent qui sonne

    Une pluie monotone

     

     

    Une brise légère fredonne

    Entre les arbres d'automne

    Où la forêt nous donne

    Ses parfums qui étonnent

     

     

    Sur le chemin sillonnent

    Les senteurs d'automne

    De champignons et de pommes

    Où nos coeurs s'abandonnent

     

     

    Les ombres emprisonnent

    Notre âme qui se raisonne

    A caresser l'automne

    Sans aucune Vergogne

     

    Quand le temps se nomme

    Lumière d'automne

    La nature et l'homme

    Se lient et se pardonnent

     

     

    Phil le baladin

    http://lebaladin.canalblog.com/archives/2009/09/23/15175328.html


    45 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires