• Bonne journée

     

    Jour pluvieux d'automne


    Une feuille rousse
    Que le vent pousse
    Dans le ciel gris-bleu,
    L'arbre nu qui tremble
    Et dans le bois semble
    Un homme frileux,
    Une gouttelette
    Comme une fléchette
    Qui tape au carreau,
    Une fleur jaunie
    Qui traîne sans vie
    Dans la flaque d'eau,
    Sur toutes les choses
    Des notes moroses,
    Des pleurs, des frissons,
    Des pas qui résonnent :
    C'est déjà l'automne
    qui marche en sifflant sa triste chanson.


    Michel Beau


  • bonne journée

    Sept choses que vous ne savez pas sur la couleur bleue

     

    Les bébés ne voient pas le bleu


    Durant les quinze premiers jours qui suivent leur naissance, les bébés voient en noir et blanc. Progressivement, les couleurs entrent plus ou moins rapidement dans leur vie, comme des fleurs en éclosion. « Un bébé ne perçoit pas les couleurs comme le violet, le bleu ou le bleu vert. Il ne perçoit pas les couleurs pastel. Il voit essentiellement le rouge et le jaune. » En fait, le nourrisson ne commence à percevoir le bleu qu'entre quatre et six mois. 

     

    Le bleu calme les épileptiques

    La couleur est connue pour ses vertus relaxantes et sédatives. Le bleu réduit la pression artérielle, le pouls et le rythme respiratoire. Jean-Gabriel Causse fait référence à une expérience réalisée sur des épileptiques : si on leur fait porter des lentilles de vue bleues, les signes déclencheurs de crise disparaissaient dans 77 % des cas. La couleur bleue est aussi utilisée pour réduire le caractère anxiogène ou crispant de certaines annonces. La preuve : pour ne pas effrayer les consommateurs, les marques de tampons et de serviettes hygiéniques ont remplacé le sang par un liquide bleu dans leurs spots publicitaires. Mais attention à son effet sédatif. Si vous êtes mélancolique ou paresseux le matin, évitez de repeindre votre chambre en bleu. Vous risqueriez de ne jamais en sortir...

     

    Le bleu booste votre créativité 


    Si vous êtes créatif, parez votre bureau de bleu ! La couleur renforcerait la capacité à débrider votre imagination, à générer des idées lumineuses (ou non). Pour s'en assurer, une expérience a mis en scène des salariés avec des fonds d'écran rouge et d'autres avec des fonds d'écran bleu lors d'une réunion de brainstorming. Résultat : ceux dont l'écran était bleu ont proposé deux fois plus d'idées que les autres.

     

    Peu de bleu dans l'assiette


    Évidemment, il y a Bridget Jones et sa légendaire soupe bleue aux câpres et aux baies. Mais à l'exception de ce brillantissime exemple culinaire, il faut sérieusement se creuser la cervelle avant de trouver des aliments bleus que l'on peut déguster. Et quand bien même on vous proposerait une tarte turquoise ou un poulet indigo, vous les rejetteriez sûrement avec une moue de dégoût. Selon Jean-Gabriel Causse, chaque traumatisme du passé est associé à une couleur, association qui se transmet de génération en génération : « Vous avez sans doute un ancêtre lointain qui s'est empoisonné avec un produit bleu. Depuis, votre inconscient vous déconseille fortement d'ingurgiter quoi que ce soit de cette couleur. »

     

    Le bleu vous fait acheter plus


    Si les personnes ont plus de chance de passer la porte d'un magasin dont la devanture est rouge ou orange, une fois à l'intérieur, la règle s'inverse. La couleur chaude qui les a attirés les oppresse. « Les couleurs chaudes donnent l'impression au consommateur qu'on lui force la main. À l'inverse, les couleurs froides l'aident à se sentir bien, à se poser, à réfléchir et à augmenter son panier moyen. » Malin.

     

    La couleur du sexe, du deuil, du bonheur... 


    Selon les civilisations et les cultures, le bleu ne revêt pas la même charge symbolique. En Iran, il correspond à la couleur du deuil. En Égypte, il portait chance aux pharaons dans leur sarcophage sur la route vers l'au-delà. Chez les hindous, le bleu est une couleur sexuelle, associée à Krishna. En Occident, il n'est devenu une couleur céleste que lorsqu'il a été décidé, au XVe siècle, que le manteau de la Vierge Marie était bleu.

     

    Jamais dans la chambre à coucher


    En matière de décoration et d'intérieur, le bleu possède de nombreuses vertus. Il fait paraître les pièces plus grandes (surtout quand il est clair). N'hésitez pas à vous réfugier dans une pièce bleue en cas de grosse chaleur : vous aurez l'impression qu'il fait quelques degrés de moins (oui, tout ceci se passe uniquement dans votre tête, pas au niveau du thermomètre). En revanche, selon les préceptes du feng shui, il est fortement déconseiller d'utiliser du bleu pour peindre les murs de la cuisine, du salon, de la salle à manger et, surtout, de la chambre. Il pourrait nuire à la communication au sein du couple... et à la fréquence des retrouvailles sous la couette. 

     

    L'Étonnant Pouvoir des couleurs, de Jean-Gabriel Causse

    http://madame.lefigaro.fr/societe/sept-choses-que-vous-ne-savez-sur-la-couleur-bleue-200315-95568


  • Bonne journée

     

    Au mois d'avril quand l'an se renouvelle

     

    Au mois d'avril, quand l'an se renouvelle,
    L'aube ne sort si fraîche de la mer :
    Ni hors des flots la déesse d'aimer
    Ne vint à Cypre en sa conque si belle,

    Comme je vis la beauté que j'appelle
    Mon astre saint, au matin s'éveiller,
    Rire le ciel, la terre s'émailler,
    Et les Amours voler à l'entour d'elle.

    Amour, Jeunesse, et les Grâces qui sont
    Filles du ciel lui pendaient sur le front :
    Mais ce qui plus redoubla mon service,

    C'est qu'elle avait un visage sans art.
    La femme laide est belle d'artifice,
    La femme belle est belle sans du fard.

     

    Pierre de Ronsard (1524-1585).


  • Je vous souhaite une bonne journée

     

    La colombe

     

    J’ai pris ma plus belle plume
    Pour illustrer la paix
    C’était une plume en or
    Comme on n’en voit jamais

    Je l’ai trempée dans l’Amour
    Pour que disparaisse la Haine
    Je l’ai posée sur ma feuille
    Pour que disparaisse l’Orgueil

    Mais malgré tout l’or de cette plume
    Elle s’est brisée sur le bitume

    C’est là que j’ai compris
    Que ce qui compte n’est pas la plume
    Mais l’âme de celui qui la tient
    Car même si ma plume est brisée
    Ce texte m’appartient

    C’est là que j’ai compris
    Que ce qui compte n’est pas rêver
    Mais prendre en main son destin
    Car même si ma plume est brisée
    Mon avenir m’appartient

    J’ai pris une simple plume
    Pour illustrer la paix
    Juste une simple plume blanche
    C’était celle d’une colombe
    Elle me l’a donnée
    Puis s’est envolée
    Elle a disparu
    Sous le ciel étoilé

    Jamais je ne l’ai revue
    Depuis que l’on s’est quittée
    Mais parfois dans le vent
    Je crois entendre son chant
    Un chant doux et léger

    J’ai voulu reprendre
    Ma belle plume blanche
    Pour illustrer la paix
    Mais je l’avais tant usée
    Que j’ai eu peur
    De la briser

    La colombe
    Je l’ai enfin revue

    Elle a repris sa plume
    Et m’a suppliée
    Que ce texte
    Lui soit dédié

    Elle s’est enfuie
    Vers la lumière
    Elle a disparu
    Sous le soleil

     

     

    Myriam JEANMONOD

     


  • Bonne journée

     

    Chanson de pirates

    Nous emmenions en esclavage
    Cent chrétiens, pêcheurs de corail ;
    Nous recrutions pour le sérail
    Dans tous les moûtiers du rivage.
    En mer, les hardis écumeurs !
    Nous allions de Fez à Catane...
    Dans la galère capitane
    Nous étions quatre-vingts rameurs.

    On signale un couvent à terre.
    Nous jetons l'ancre près du bord.
    A nos yeux s'offre tout d'abord
    Une fille du monastère.
    Prés des flots, sourde à leurs rumeurs,
    Elle dormait sous un platane...
    Dans la galère capitane
    Nous étions quatre-vingts rameurs.

    - La belle fille, il faut vous taire,
    Il faut nous suivre. Il fait bon vent.
    Ce n'est que changer de couvent.
    Le harem vaut le monastère.
    Sa hautesse aime les primeurs,
    Nous vous ferons mahométane...
    Dans la galère capitane
    Nous étions quatre-vingts rameurs.

    Elle veut fuir vers sa chapelle.
    - Osez-vous bien, fils de Satan ?
    - Nous osons, dit le capitan.
    Elle pleure, supplie, appelle.
    Malgré sa plainte et ses clameurs,
    On l'emporta dans la tartane...
    Dans la galère capitane
    Nous étions quatre-vingts rameurs.

    Plus belle encor dans sa tristesse,
    Ses yeux étaient deux talismans.
    Elle valait mille tomans ;
    On la vendit à sa hautesse.
    Elle eut beau dire : Je me meurs !
    De nonne elle devint sultane...
    Dans la galère capitane
    Nous étions quatre-vingts rameurs.

     

    Victor Hugo





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique